Zelda de Jacques Tournier

Depuis ma lecture de Z, Le roman de Zelda de Therese Anne Fowler et Gatsby le Magnifique de F. Scott Fitzgerald, j’ai envie d’en savoir plus sur ce couple mythique de la première moitié du XXe siècle. Leur histoire romanesque faite d’amour, d’insouciance puis d’une relation parfois malsaine m’a tout de suite intéressé. Ce condensé écrit par le traducteur de Gatsby le Magnifique entre autres retrace les dix dernières années de la vie de Zelda passées en sanatorium et autres hôpitaux psychiatriques. Je vais donc vous faire une petite chronique pour un petit livre (178 p.).

Cette histoire a été pour moi poignante et émouvante. Nous suivons les allers-retours de cette femme entre un domicile (qui change sans arrêt) et les hôpitaux. Elle a du mal à se réadapter à une vie normale. Elle semble toujours lointaine et enfermée dans le passé et ses souvenirs. A peine Zelda reprend pied qu’une nouvelle rechute survient à cause d’évènements comme la mort de son père, l’écriture de Tendre est la nuit où Scott retranscrit mot pour mot leurs lettres ou encore la mort de Scott lui-même. Les symptômes sont assez impressionnants. Elle entend des voix d’abord celle de Scott puis de Dieu et de Jésus-Christ. Elle fait également et régulièrement des crises d’eczéma.

Je vais maintenant vous parler de la forme. L’auteur s’appuie sur la correspondance entre F. Scott Fitzgerald et Zelda. Jacques Tournier retranscrit également sa rencontre avec leur fille Frances Scott Fitzgerald (1921 – 1986) dite Scottie. J’ai vraiment aimé ces parties où nous découvrons carrément leurs pensées et ce qu’ils se confient. D’ailleurs, la franchise brutale de Scott envers Zelda m’a beaucoup marqué. Il est parfois à la limite de la manipulation et de la méchanceté. Mais la tendresse qui transparait de ces écrits reste indéniable. Ils semblent s’aimer sans se comprendre. Zelda a toujours rêvé d’obtenir une reconnaissance pour ces multiples talents (écriture, peinture et danse) mais c’était sans compter par les multiples entraves que Scott lui imposait. Deux égo qui se sont rencontrés pour finalement se détruire : Zelda en sombrant dans la folie et Scott en se noyant dans le gin. Ce couple représente le reflet d’une époque désenchantée. Jacques Tournier fait de nombreux rapprochements entre la vie du couple et les romans qu’écrit Scott ou celui qu’a écrit Zelda. Un gros bémol est venu ternir ma lecture. L’auteur nous expose des faits sans apporter d’explication. Pourquoi Zelda sombre-t-elle dans cette folie? J’aurais apprécié qu’il aille plus loin.

Une petite lecture vraiment enrichissante et intéressante qui ne fait qu’attiser ma curiosité. L’auteur a su m’émouvoir. Mais il ne s’agit pas d’un coup de cœur car il manque une partie explicative sur le pourquoi de la chute vertigineuse de Zelda vers la folie.

« Et nous luttons ainsi, barques à contre-courant, refoulés sans fin vers notre passé. » (Gatsby le Magnifique de F. Scott Fitzgerald)

Francis, Zelda et Frances Scott Fitzgerald dans leur appartement parisien en 1925

Fanny

Publicités

3 réflexions sur “Zelda de Jacques Tournier

  1. Pingback: Bilan de mes lectures ~MAI 2013~ | Netherfield Park

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s