Ava, la femme qui aimait les hommes d’Elizabeth Gouslan

Ava

En ce moment, je suis très intéressée par les biographies mais je trouve parfois leur style un peu aride, trop factuel. Ce n’est heureusement pas le cas ici! Elizabeth Gouslan nous livre un portrait agréable à lire qui est constitué de chapitres thématiques assez courts et qui s’inscrivent globalement dans l’ordre chronologique.

Le choix du titre est un peu exagéré, cette biographie ne concentre pas que sur la vie amoureuse d’Ava! L’auteure évoque sa jeunesse, son arrivée à Los Angeles avec sa soeur Bappie comme chaperon: on assiste à la rencontre de deux mondes. La biographe insiste sur le caractère de garçon manqué de Ava et son contraste avec les autres aspirantes actrices ayant un physique de pin-up décolorées. Ses films les plus importants se voient accordées plusieurs pages chacun comme Pandora (1951), Mogambo (1953), La comtesse aux pieds nus (1954). L’auteure tente de trouver des mises en abîmes de la vie et de la personnalité d’Ava dans ces films. Ses trois mariages sont évoqués avec une place plus importante accordée à Franck Sinatra qui présenté comme son grand amour. J’ai appris de nombreuses anecdotes sur ses « exils » notamment ses années passées à Madrid. Ses nuits de fêtes sont également longuement décrites.

J’ai aimé la mise en parallèle avec d’autres actrices plus jeunes (Marilyn Monroe, Elizabeth Taylor) ou certains évènements comme la mort de JFK.

Il s’agit donc d’une biographie très agréable à lire et qui livre les aspects les plus importants de la vie de l’actrice. C’est donc bien pour commencer, si on ne connaît pas très bien Ava et le cinema de son époque. J’aurais parfois aimé que la biographe creuse un peu plus notamment sa façon de jouer (l’auteure s’appuie sur des déclarations d’Ava dans lesquelles celle-ci déclare souvent de manière désinvolte qu’elle n’intellectualise pas beaucoup ses rôles). La biographe n’aurait pas dû s’arrêter à ces déclarations. Elle aurait pu  tenter d’approfondir ce thème même s’il n’est évidemment pas facile de connaître tous les secrets de tournages. J’aurai en outre aimé que la bibliographie soit un peu plus fournie (c’est l’étudiante en Histoire qui parle).  Enfin, j’aurais évidemment aimé qu’il y ait encore plus de photos d’Ava tant sa beauté est célébrée par l’auteure.

Cette lecture me donne envie de lire Blonde la biographie de Marylin Monroe par Joyce Carol Oates. Certains parmi vous l’ont-ils lu?

Kheira

Publicités

9 réflexions sur “Ava, la femme qui aimait les hommes d’Elizabeth Gouslan

  1. Non je n’ai pas lu cette biographie de Monroe mais l’auteur à une très bonne réputation dans la littéraire américaine contemporaine donc elle sera peut être super ^^ je ne connaissais pas ce livre mais j’adore l’actrice, j’adore l’âge d’or du cinéma hollywoodien donc je note cette biographie ! C’est vrai que ça peut être regrettable qu’il n’est pas plus analysé ses films et les tournages mais d’un côté il y aurait eu tellement de choses à dire sur ce sujet, l’auteur à peut être fait le choix que de se concentrer sur l’actrice pour plus de facilité ! En tout cas je note ce livre !

  2. Je n’ai pas non plus lu Blonde qui est dans ma PAL depuis 4 ans; si cela te dit on peut s’organiser une LC si nos plannings se rejoignent (là je suis HS :-), mais pourquoi pas vers septembre éventuellement?! De mémoire, ce n’est pas une bio de Marylin, mais JCO s’en est inspirée pour écrire son roman.

  3. Bonjour, j’ai essayé de lire Blonde (qui est mi-biographique, mi-romancé), mais à chaque fois, je n’y arrive pas… (j’ai repris le livre 2 fois, mais pas moyen)… Et je ne peux pas vraiment mettre le doigt sur ce qui me dérange dans ce livre. j’ai tenu 200 pages environ (ça ne m’arrive pour ainsi dire jamais de ne pas finir un livre – même quand il ne me plait pas! – c’est dire). L’autobiographie peut-être sympa aussi (pas n’importe lesquels!). J’ai commencé celle d’Errol Flynn, qui fut un sacré personnage! et j’ai adoré lire celles de Jean Marais, Rupert Everett ou encore l’auteur PG Wodehouse qui arrive à ne quasiment pas parler de lui (!). Je conseille vraiment celle de Jean Marais qui était vraiment une belle personne.

  4. J’ai lu « Blonde » il y a longtemps et j’ai eu du mal avec le style de Joyce Carol Oates. De plus, ce n’est pas vraiment une biographie mais une bio romancée. Sur Marilyn, je conseille le superbe « Une semaine avec Marilyn » de Colin Clarke, certes un court épisode de la vie de l’actrice vu à travers les yeux de l’auteur, mais j’ai trouvé que ça nous permettait de voir clairement la femme qu’elle était derrière son personnage d’actrice.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s