Le docteur Jivago de Boris Pasternak

Le docteur Jivago

 

Il y avait assez peu de « suspense » dans cette lecture car j’ai déjà  vu deux adaptations celle de David Lean (1965) avec  Julie Christie et Omar Sharif ainsi celle de Giacomo Campiotti (2002) avec Keira Knightley et Hans Matheson. C’est peut être pour cette raison j’ai mis pas mal de temps à lire ce long roman! D’autant plus que la romance entre le docteur Jivago et Lara ne commence que relativement « tard » dans l’intrigue.  Ce roman est très riche en thèmes et balaye une période dont l’Histoire est très mouvementée.  Je vais essayer de survoler ici ce qui m’a le plus marqué dans ce roman, ce sera déjà bien!

Des personnages pas du tout idéalisés

Le docteur Jivago lui même n’a rien d’un héros. Il ne sais pas très bien ce qu’il veut et laisse parfois les circonstances influencer ses choix (c’est par exemple le cas pour son mariage avec Tonya ou ses multiples retrouvailles avec Lara). Les personnages féminins sont souvent montrées dans leur rôle de mère ou en train d’accomplir des tâches assez pénibles (lessives, aide à la (re)construction, travail de la terre…etc). Rien de très glamour ou héroïque donc. Cela est sans doute dû au contexte de la révolution soviétique et ses conséquences.

La solitude

Le docteur Jivago est souvent incompris de ses collègues par exemple. De plus, les bouleversements historiques successifs entraînent beaucoup de méfiance  dans les relations sociales, les répressions sont nombreuses. Les personnages ne peuvent pas accorder leur confiance facilement! De plus les familles et leur unité sont souvent remises en question par des séparations.

Les (re)commencements

Le roman compte également un côté utopique, les personnages principaux tentent à plusieurs tentatives de refaire leur vie dans des milieux souvent très hostiles notamment en Sibérie. Ces environnements sont tout de même décrits de façon poétique.

Aspect poétique

Enfin, il y a une place importante accordée à l’écriture car  le docteur Jivago est également un poète. Un dernier chapitre du roman est composé de poèmes « rédigés » par le docteur Jivago en hommage à son amour pour Lara.

«Ma charmante, mon inoubliable ! Tant que les creux de mes bras se souviendront de toi, tant que tu seras encore sur mon épaule et sur mes lèvres, je serai avec toi. Je mettrai toutes mes larmes dans quelque chose qui soit digne de toi, et qui reste. J’inscrirai ton souvenir dans des images tendres, tendres, tristes à vous fendre le cœur. Je resterai ici jusqu’à ce que ce soit fait. Et ensuite je partirai moi aussi.»

Bref, il s’agit d’un roman très riche! Ce n’est pas un coup de coeur mais c’est un classique à lire absolument  et à travers lequel on découvre beaucoup de choses sur la Russie de la première moitié du  XXè siècle.

Kheira

Publicités

5 réflexions sur “Le docteur Jivago de Boris Pasternak

  1. Je n’ai vu que le film avec Omar Sharif. Je ne savais pas que l’histoire était tiré d’un roman. Du coup, je le note !
    En tout cas, ton article est très intéressant !

  2. Pingback: Top 5 Livres & cinéma | Kheira's Upper Assembly Room

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s