La diable danse à Bleeding Heart Square de Andrew Taylor

Lediablednaseàbleedingheartsquare

Résumé: 1934. Londres. Lydia Langstone fuit la haute société anglaise et un mari violent pour trouver refuge dans une petite pension de famille sise Bleeding Heart Square. Privée des privilèges que lui conférait son statut social, elle tente de renouer avec une vie plus modeste, plus indépendante aussi. Mais très vite Lydia se trouve confrontée à d’étranges événements. Qui est cet homme qui semble surveiller nuit et jour les allées et venues dans la maison ? Qu’est devenue Miss Penhow, l’ancienne propriétaire de la pension, mystérieusement disparue ? Enfin, qui envoie des morceaux de cœur en décomposition à Joseph Serridge, le dernier pensionnaire à avoir vu Miss Penhow vivante ? Selon la légende londonienne, le diable danse à Bleeding Heart Square, cette fois il serait plutôt tapi dans l’ombre, en silence, attendant son heure…

Je l’ai découvert en me baladant dans une librairie avec Fanny ma collègue dans ce blog. Ce long roman de 480 pages ne bénéficie pas d’un suspense très fort selon moi, contrairement à ce que les critiques promettent en quatrième de couverture. En revanche, j’ai beaucoup aimé sa description du Londres des années 1930.

Des portraits de femmes réussis

Lydia Langstone qui quitte son riche mari au début du roman sait qu’elle ne reviendra pas en arrière et commence une nouvelle vie en vendant ses bijoux, cherchant du travail…etc. J’ai trouvé la description de la vie du milieu ouvrier, petits salariés, pigistes…etc bien décrit. Cela m’a rappelé les description de roman du XIXe siècle tels que Bel-ami de Maupassant ou de certains Zola. Au fur et à mesure, des extraits du journal intime de Miss Penhow sont insérés dans le roman. Il s’agit donc de la personne recherchée par différents protagonistes du roman. Je ne vous en dit pas plus sur son contenu pour ménager un peu le suspense mais ce récit suscite la curiosité.

Un contexte politique et social reconstitué

La grande Histoire s’intègre au roman puisque l’époux et le futur beau-frère de Lydia font partie d’une ligue qui tente d’imposer le fascisme en Grande-Bretagne. De plus, le contexte économique et social de crise, chômage…etc est bien illustré. La recherche d’emploi se fait par exemple à la lecture des journaux du matin, ce qui ne peuvent les acheter se précipitent alors à la bibliothèque dès son ouverture car les annonces y sont consultables. La concurrence est très forte et certains métiers comme le journalisme offrent peu d’emplois.  L’action s’accélère enfin dans le dernier tiers du roman mais la fin n’est pas renversante.

C’est donc un roman que je vous conseille pour ses beaux portraits de femmes et pour sa reconstitution du Londres des années 1930. Il ne faut en revanche pas s’attendre à un livre au suspense et au rythme haletant.

Kheira

Publicités

8 réflexions sur “La diable danse à Bleeding Heart Square de Andrew Taylor

  1. Le diable aurait pu m’inviter à danser avec lui ! 😈

    Sérieux, le titre est-il en adéquation avec le contenu ou juste tape à l’œil ? Pas trépidant, tu dis… Mais si on aime la description du Londres de l’époque des années 30, c’est tout bon. Pas de chance, c’est le Londres 1888, moi, que j’aime !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s