Les aventures de Sherlock Holmes #1 : Un scandale en Bohème, La ligue des rouquins, Une affaire d’identité, Le mystère du Val Boscombe de Arthur Conan Doyle

Je vous retrouve avec une nouvelle chronique de quatre nouvelles d’Arthur Conan Doyle lu dans le cadrez de la lecture commune Oh Sherlock you are merveilleux. Ce mois-ci nous avons dû lire les quatre premiers textes du recueil Les aventures de Sherlock Holmes. Ces courts sont textes sont publiés pour la première fois dans un magazine britannique en 1891 : le Strand Magazine. Je peux déjà vous dire que j’ai adoré ces petites enquêtes.

Ici Arthur Conan Doyle met en place de petites intrigues, mystères ou enquêtes d’une trentaine de pages environ. L’auteur utilise à chaque fois la même construction : d’abord intervient la visite d’une personne au 221b Baker Street pour demander de l’aide, ensuite Sherlock Holmes réunis les premières observations et déductions, puis les deux héros se mettent en quête du fauteur de trouble à travers Londres et enfin viennent la chute et les explications.

J’ai largement préféré ces petites nouvelles aux romans Étude en rouge ou encore Le signe des 4. On sent qu’Arthur Conan Doyle maîtrise mieux ce format et se sent plus à l’aise. Les chutes sont excellentes. C’est, à mon avis, le plus important pour des nouvelles policières. En peu de pages il arrive à mettre en place son suspens et des histoires très différentes. Nous continuons à apprendre à connaitre les personnages principaux et d’autres sont introduits. Sherlock Holmes est toujours aussi agréable à suivre. Je me délecte de ces petites piques. J’aime toujours autant son originalité et son cynisme.

Un scandale en Bohème : Grâce à cette nouvelles, le lecteur fait la connaissance d’Irène Adler qui arrive à mettre Sherlock Holmes sur une fausse route. Cette femme est un sacré personnage doté d’un fort caractère.
La ligue des rouquins :
Le malfaiteur a usé d’ingénieux stratagèmes. Mais Sherlock Holmes ne se laisse pas duper si facilement. Cette enquête en est bien la preuve.
Une affaire d’identité :
Ici Mary Sutherland toute paniquée vient demander de l’aide à Sherlock Holmes car son fiancée a disparu juste avant de se marier. Nous allons vite nous rendre compte qu’elle s’est fait berner en beauté.
Le mystère du Val Boscombe :
Un différend qui date de plusieurs décennies entre deux personnes va mener la situation à un meurtre. Le ton de ce texte est différent des précédents et davantage dramatique.

Arthur Conan Doyle a vraiment un talent marqué pour les nouvelles. J’ai eu une petite préférence pour Un scandale en Bohème. Je me réjouis de retrouver nos deux compères dans les prochains textes des Aventures de Sherlock Holmes.

Lu dans le cadre de la lecture commune Oh, Sherlock you are merveilleux ! avec Nahe, Syl, Claire, Caro et Shelbylee.

Lu dans le cadre du challenge XIXe siècle.

Fanny

Le signe des 4 de Arthur Conan Doyle

Résumé de l’éditeur : « Chaque année, la jeune Mary Morstan, dont le père, officier dans l’armée des Indes, a disparu depuis longtemps, reçoit par la poste une perle. Le jour où une lettre lui fixe un mystérieux rendez-vous, elle demande au célèbre Sherlock Holmes de l’accompagner…
Cependant que le bon Dr Watson est conquis par le charme de la jeune fille, nous nous enfonçons dans une des plus ténébreuses énigmes qui aient été offertes à la sagacité du détective. L’Inde des maharajahs, le fort d’Agra cerné par les Cipayes révoltés, le bagne des îles Andaman sont le décor de l’extraordinaire aventure que Holmes va reconstituer, et qui trouvera sa conclusion dans les brouillards de la Tamise… 
»

Dans cet opus, nous apprenons à mieux connaitre nos deux compères. Le docteur Watson est un personnage vraiment attachant et intéressant. Son petit côté fleur bleue et aventurier m’a donné le sourire. Avec Sherlock Holmes comme colocataire nous ne sommes jamais à l’abri de partir enquêter de jour comme de nuit. Ce dernier est aussi un personnage particulier puisqu’il fait preuve à la fois d’une grande intelligence mai aussi d’une bonne dose de dérision.

Nous avons sous les yeux une histoire de vengeance. L’intrigue policière en elle-même est bien ficelée mais j’avoue que mon attention s’est plus portée sur la panoplie de personnages que nous présente l’auteur. Arthur Conan Doyle fait toujours preuve d’une discipline d’écriture et d’une construction de son récit assez semblable à Une étude en rouge. Nous retrouvons une ambiance assez sombre, brumeuse et confinée avec un brin d’exotisme puisque la base de l’intrigue se trouve dans les Indes.

Arthur Conan Doyle a une bonne maîtrise du format « nouvelle ». Il sait mettre en place son intrigue et dénouer tous les tenants et les aboutissants de l’enquête en très peu de page. C’est intelligent, drôle et bien pensé.

J’ai passé un très bon moment avec cette seconde enquête. J’ai hâte de me plonger dans Le chien des Baskerville. J’en lis beaucoup de bien et les critiques me donnent l’eau à la bouche. Vivement le mois prochain !

Lu dans le cadre de la lecture commune Oh, Sherlock you are merveilleux ! avec Nahe, Syl, Claire, Caro et Shelbylee.

Lu dans le cadre du challenge XIXe siècle.

Fanny

Etude en rouge de Arthur Conan Doyle

J’ai enfin fait la connaissance de l’un des personnages les plus mythiques de la littérature : Sherlock Holmes. Etude en rouge (1887) est le premier opus des enquêtes du célèbre détective.

Résumé de l’éditeur : « Un homme est trouvé mort dans une maison inhabitée, au cœur d’un des plus sinistres quartiers de Londres. Autour de lui, des traces de sang, bien que le cadavre n’ait aucune blessure. De quoi laisser perplexes Lestrade et Gregson, les limiers de Scotland Yard.
Parue en 1887, cette Étude en rouge est la première des enquêtes de Sherlock Holmes. Nous y faisons la connaissance de l’extraordinaire détective à travers les yeux du bon Dr Watson. Nous y apprenons le « raisonnement analytique» et l’art de faire parler les indices. Ce classique du roman policier est aussi un roman d’aventures qui nous conduit dans le Nevada des mormons et de la ruée vers l’or, où s’enracine le mystère…« 

On sent dans cette œuvre toute la discipline d’écriture dont fait preuve Arthur Conan Doyle par la division très claire et franche en plusieurs parties de son roman. Le vocabulaire est fouillé et l’humour est assez présent notamment par les dialogues. Le Londres du XIXe siècle nous est présenté par quelques descriptions de lieux et par la présence des deux inspecteurs de police Lestrade et Gregson. Nous découvrons l’intrigue par le biais du Dr Watson qui est le narrateur. Malgré la brièveté de ce roman (à peine 150 pages), je me suis délectée de chaque phrase grâce à une écriture est très agréable.

Sherlock Holmes est tout à fait comme je me l’imaginais. Il s’agit d’un personnage haut en couleur avec une personnalité et des dons bien à lui. Au fil de la lecture, nous sentons que tout va très vite et que sa brillante matière grise file à toute allure. De même la science est très présente puisque Sherlock s’efforce de prouver des faits par une nouvelle méthode de recherche alliant déduction logique et faits scientifiques. J’ai également beaucoup aimé le long passage se déroulant aux États-Unis dans une société mormone bien des années auparavant (à la façon d’un western) nous racontant comment l’assassin en est arrivé à commettre un tel crime et ainsi appuyer les découvertes de Sherlock.

Une lecture intéressante que j’ai vraiment appréciée. J’ai découvert un héros à la hauteur de mes espérances. Maintenant j’ai hâte de lire un second roman mettant en scène Mr Holmes qui sera surement Le signe des quatre. Merci à Syl du blog Thé, lectures et macarons pour la belle initiative qu’est cette lecture commune.

Lu dans le cadre de la lecture commune Oh, Sherlock you are merveilleux ! avec Nahe, Syl, Claire, Caro.

Lu dans le cadre du challenge XIXe siècle.

Fanny

Le mystère Sherlock de J.M Erre

Le mystère Sherlock

 

Résumé: Meiringen, Suisse. Les pompiers dégagent l’accès à l’hôtel Baker Street, coupé du monde pendant trois jours à cause d’une avalanche, et découvrent un véritable tombeau. Alignés dans la chambre froide reposent les cadavres de dix universitaires qui participaient à un colloque sur Sherlock Holmes. Le meilleur d’entre eux devait être nommé titulaire de la toute première chaire d’holmésologie de la Sorbonne. Le genre de poste pour lequel on serait prêt à tuer…

Un moment de franche rigolade

J’ai dévoré ce roman que j’ai découvert grâce à l’excellent blog Les livres de George! Il faut dire que l’enquête est menée avec un humour assez rare si bien qu’au début je pensais qu’il s’agissait d’une traduction! Mais non, il s’agit bien d’un roman français. Il bénéficie d’une  écriture très ludique qui sert cet humour. Les zeugmas sont très fréquents ( ils pourraient peut être agacer certains lecteurs), moi j’ai adoré! Il y a différentes formes de narration: des carnets, des lettres, des extraits d’un « Sherlock Holmes pour les nuls » ce qui relance sans cesse la lecture et apporte un point de vue différent. Ainsi aucun personnage n’est épargné par les sarcasmes des autres. Les universitaires ambitieux et obstinés dans leurs théories sont tous caricaturaux mais hilarants.

Un hommage à la littérature

S’il donne envie de (re)découvrir l’oeuvre d’Arthur Conan Doyle, le roman est une parodie et un hommage à la fiction en général. Les enquêtes policières sont finalement un jeu et on ressent bien ce côté ludique à la lecture du roman. Le lecteur peut s’amuser à deviner qui est le meurtrier, mais a-t-il réellement tous les éléments de réponse? J’ai donc adoré cette lecture idéale pour l’été. Cela me donne envie de découvrir les autres romans de J.M Erre comme Prenez soin du chien ou Série Z qui semblent très comiques aussi!

Kheira