Bilan de mes lectures ~NOVEMBRE 2013~ / Lectures à venir ~DECEMBRE 2013~

Me revoilà avec un nouveau bilan. Et oui le temps passe toujours aussi vite. Ce mois de novembre a été ponctué de belles découvertes et d’une déception. Finalement le bilan est plutôt positif. J’ai souvent l’impression d’être très bon public car il est rare que des romans me déçoivent énormément. Est-ce un manque de recul de ma part? Un regard pas assez affuté? D’un sens je ne vais pas m’en plaindre…

Nombre de livres lus : 11

Nombre de pages lues : 2703

(Pour lire les chroniques disponibles, il faut cliquer sur les images)

Douze minutes avant minuit de Christopher Edge, éd. Flammarion, 331 p.

Un roman jeunesse vraiment agréable à lire. Nous sommes plongés dans une enquête bien mystérieuse au cœur du Londres victorien. L’auteur met en avant la littérature de cette époque et permet de la faire découvrir au plus jeune. Malgré une héroïne peu attachante c’est à découvrir! (Sortie du tome 2, Dernière séance avant minuit, le 5 février 2014)

Instinct primaire de Pia Petersen, éd. NiL, 107 p.

Par ce petit livre engagé l’auteure dénonce l’intolérance de la société vis à vis des personnes ne souhaitant ni se marier ni avoir d’enfant. C’est aussi une véritable preuve d’amour à son ex-compagnon puisqu’elle s’adresse à lui et lui explique son choix. Un très beau manifeste qui devrait en faire réfléchir plus d’un.

Un été à Cold Spring de Richard Yates, éd. Pavillons poche, 255 p.

Une fresque assez pessimiste de l’Amérique des années 30 et 40. Richard Yates a un don particulier pour nous montrer une middle class en déroute ainsi que des personnages rongés par les actes manqués et les désillusions.

La grâce des brigands de Véronique Ovaldé, éd. de l’Olivier, 284 p.

Je vous présente ma déception du mois. Véronique Ovaldé possède un style bien à elle et met en place des thèmes intéressants. Cependant, tout au long du roman je suis restée au bord de la route. Il manque un quelque chose à ce libre car malheureusement il ne me laissera pas de souvenir impérissable.

La mode sous toutes les coutures de Florence Pinaud, éd. Actes Sud junior, 93 p.

Ce  livre jeunesse est parfais pour découvrir tous les aspects de la mode : des plus quotidiens en fonction de diverses civilisations aux plus singuliers chez les grands couturiers. Il brasse énormément de thèmes différents. La mise en page est un sacré point positif puisqu’elle n’est pas sans rappeler les magazines de mode (couverture souple, papier glacé, images d’archives et photographies). Il saura également convenir aux fille comme aux garçons.

Autant en emporte le vent, Tome 1 de Margaret Mitchell, éd. Folio, 475 p.

J’ai fait la découverte de ce grand classique de la littérature américaine. Quelle erreur d’avoir attendu si longtemps! C’est une magnifique fresque du sud des États-Unis pendant la guerre de Sécession (1861-1865). Les personnages sont charismatiques. Margaret Mitchell ne nous épargne aucun détails que ce soit sur les combats, les personnages ou encore les décors et paysages. Un délice!

Bilbo le Hobbit de J.R.R. Tolkien, éd. Le livre de poche, 371 p.

Une belle découverte que cette petite aventure épique destinée à un jeune public. J.R.R. Tolkien nous offre ici des personnages intéressants dont nous suivons l’évolution à la manière d’un voyage initiatique. Le monde créé est impressionnant de vraisemblance. Vivement le second film de cette trilogie!

Les aventures de Sherlock Holmes #1 : Un scandale en Bohème, La ligue des rouquins, Une affaire d’identité, Le mystère du Val Boscombe de Arthur Conan Doyle, ebook, 132 p.

Un coup de cœur pour ces nouvelles. Arthur Conan Doyle est vraiment doué dans cet exercice. Sherlock Holmes est un personnage toujours aussi fascinant. Nous faisons la connaissance d’Irène Adler… Quelle femme! Les histoires sont prenantes et les chutes excellentes. La suite fin décembre!

L’égorgeur de Westminster Bridge de Anne Perry, éd. 10/18, 380 p.

Un opus malheureusement en dessous du précédent. Malgré un bon début l’enquête piétine pendant un bon moment sans qu’aucun rebondissement ne vienne redonner du rythme au récit. Cependant, Anne Perry reste fidèle à elle-même et nous offre une lecture vraiment agréable et des personnages toujours aussi attachants.

Le bleu est une couleur chaude de Julie Maroh, éd. Glénat, 160 p.

Voici une bande-dessinée qui a fait beaucoup parler d’elle puisque adaptée sous le titre La vie d’Adèle. C’est une histoire poignante et tragique sur deux adolescentes (qui deviendront adultes) amoureuses et toutes les difficultés que cela comporte. Le destin ne les épargnera presque jamais malgré quelques courts instants de bonheur. Une belle leçon de vie.

Vingt-sept fois de mes nouvelles de Béatrice Shalit, éd. Julliard, 215p.

Ces nouvelles prennent la forme d’un véritable puzzle de morceaux de vie. La narratrice, Noémi, que nous retrouvons tout au long de ce recueil nous expose des moments mémorables qu’elle a vécu. Elle a le don de se mettre dans des situations pas possibles. C’est doux-amer, touchant, cocasse et drôle. Entre les malheurs et les bonheurs qui font ce que nous sommes comment ne pas se reconnaitre à certains moments dans cette enfant puis cette femme?

LECTURES EN COURS

    

LECTURES PRÉVUES EN DÉCEMBRE

   

   

DU NOUVEAU CE MOIS-CI : UNE LISEUSE!

Donnez moi vos impressions sur tout ceci. Avez vous lu certains de ces titres?

Fanny

Bilan de mes lectures ~OCTOBRE 2013~ / Lectures à venir ~NOVEMBRE 2013~

Octobre est déjà derrière nous. Maintenant place à la fin de l’automne et au début de l’hiver propice à laisser libre cours à notre passion : la lecture. Le plaid et les tasses de chocolats chauds sont d’ailleurs déjà de sortie. Dans ce billet je fais le point sur mes lectures du mois d’octobre qui a été riche en découverte avec tout de même 3 bandes dessinées ou romans graphiques.

Nombre de livres lus : 8

Nombre de pages lues : 2054

(Pour lire les chroniques disponibles, il faut cliquer sur les images)

Anges d’Apocalypse, Tome 2 : Le frisson des aurores de Stéphane Soutoul, éd. Rebelle, 472 p.

Ce second tome m’a totalement passionné et embarqué. J’ai été ravie de retrouver tout ce que j’avais adoré dans le premier tome : l’ambiance, les personnages, l’intrigue. L’auteur a su insérer de nouvelles pistes pour les prochains opus. Vivement la suite!

Le secret de Lady Audley de Mary Elizabeth Braddon, éd. Archipoche, 537 p.

J’ai passé un super moment avec ce thriller victorien. Suspens, ambiance gothique et personnages louches sont au rendez-vous. J’ai baissé la note à cause de quelques longueurs et des nombreuses fautes de frappe qui ont parfois gâché mon aisance de lecture.

Calvin et Hobbes, Tome 21 : Je suis trop génial de Bill Watterson, éd. Hors Collection, 63 p.

Ce nouveau tome reste dans la lignée des précédents. Nous passons toujours de bons moments avec ces deux compères. Les dialogues sont vifs, drôles et intéressants. A découvrir et à déguster!

Les quatre de Baker Street, Tome 1 : L’affaire du rideau bleu de Djian, Etien, et Legrand, éd. Vents d’ouest, 56 p.

Maintenant que j’ai découvert les deux premiers romans d’Arthur Conan Doyle qui met en scène Sherlock Holmes, j’ai voulu découvrir cette bande dessinée. Nous suivons trois jeunes garçons livrés à eux-mêmes dans le Londres victorien. J’ai apprécié cette première histoire ainsi que les personnages attachants. Mais comme souvent avec les BD, c’est beaucoup trop court…

Kotori, Le chant du moineau de Samantha Bailly et Shigatsuya, éd. Nobi Nobi, 45 p.

Voici une nouvelle adaptation d’un conte traditionnel japonais. Les dessins sont magnifiques et pleins de couleurs. Le texte est bien écrit et poétique. Une belle pépite à faire découvrir aux enfants mais aussi aux plus grands.

Cinq jours de Douglas Kennedy, éd. Belfond, 352 p.

Il s’agit d’un beau roman autour des thèmes du couple, de la relation parents-enfants, de la réflexion d’un changement de vie après quarante an, du poids du passé et des regrets. Les deux héros sont attachants et l’auteur a une belle écriture. La fin douce-amère m’a beaucoup plu. Une belle découverte.

Le signe des 4 de Arthur Conan Doyle, éd. Le livre de poche, 150 p.

Cette seconde aventure de Sherlock Holmes se focalise davantage sur les personnages. L’intrigue n’est pas en reste puisqu’elle est très bien ficelée. Sincèrement Sherlock Holmes est vraiment drôle.

Silence à Hanover Close de Anne Perry, éd. 10/18, 379 p.

Là c’est THE Anne Perry. J’ai adoré ce tome du début à la fin. Anne Perry s’est une fois de plus renouvelée et d’une très belle façon. Je n’ai pas du tout vu venir le dénouement. Vivement le prochain!

LECTURE EN COURS

LECTURES PRÉVUES EN NOVEMBRE

(J’espère avoir le temps de tout lire…)

     

     

           

Que pensez-vous de ces lectures passées, en cours et à venir? Avez vous lu certains de ces titres?

Fanny

Bilan de mes lectures ~SEPTEMBRE 2013~

Je vous retrouve avec mon bilan mensuel pour cette rentrée. Après une semaine de vacances début septembre où je n’ai lu que 150 pages, j’ai eu beaucoup de mal à me remettre dans le bain du quotidien. Mais finalement je suis plutôt satisfaite de ce bilan avec des lectures certes plus courtes mais plutôt bonnes et surtout toujours aussi éclectiques. Je vous laisse découvrir tout ceci.

Nombre de livres lus : 7

Nombre de pages lues : 1838

(Pour lire les chroniques disponibles, il faut cliquer sur les images)

Amours et autres enchantements de Sarah Addison Allen, éd. Pocket, 308 p.

Une petite romance bien sympathique qui a accompagné ma semaine de vacances. J’ai pris plaisir à suivre les aventures des personnages. L’histoire est assez prévisible et convenue. Cependant, ce roman rempli totalement son rôle et nous vide la tête.

Cœurs de rouille de Justine Niogret, éd. Pré aux clercs, 273 p.

Je voulais découvrir les romans de Justine Niogret depuis un certain temps. Bien que le début fut un peu difficile, j’ai découvert une auteure à l’imagination et la créativité débordantes. Je retiendrais les personnages, l’ambiance très sombre et pesante mais aussi le thème de la relation humain/robot.

Lectures intimes de Virginia Woolf, éd. Pavillons poche, 309 p.

Ce recueil de pensées littéraires de cette grande écrivain britannique du XXe siècle fut une vraie découverte. Sa façon d’écrire nous révèle beaucoup de sa personnalité. J’ai appris plein de chose sur la littérature du XIXe et du début du XXe siècle. Par contre, mon manque de culture littéraire a parfois était un frein à la compréhension de certains passages.

La princesse au bol enchanté de Samantha Bailly et Ein Lee, éd. Nobi nobi, 48 p.

Ce petit roman graphique est une adaptation d’un conte traditionnel japonais. Les dessins sont fins et magnifiques. Dès l’ouverture de ce livre, nous plongeons dans un monde de couleurs. Cette histoire est parfaite pour les enfants avec une jolie morale et des principes à leur inculquer. Il s’agit d’un petit bijou pour les petits mais aussi pour les plus grands.

Étude en rouge de Arthur Conan Doyle, éd. Le livre de poche, 147 p.

Voici ma première rencontre avec le plus célèbre des détectives. Autant dire que je n’ai pas été déçu par ce personnage à la personnalité bien marquée.

Transatlantic de Colum McCann, éd. Belfond, 371 p.

Ce roman mêle avec brio les destins de plusieurs personnages fictifs ou non à des périodes différentes. Le lien familial et des racines ainsi que celui de l’Irlande et des États-Unis sont omniprésents. Je salue le travail de recherche historique ainsi que le découpage orignal du récit. J’ai voyagé entre le XIXe, le XX et le XIXe siècle avec une belle aisance.  Seule la fin m’a déçu. Je m’attendais à une révélation de taille…

Meurtres à Cardington Crescent de Anne Perry, éd. 10/18, 382 p.

Une belle 8e enquête de Charlotte et Thomas Pitt entre huis clos et histoire sociale du XIXe siècle. Anne Perry a rééllement un don pour se renouveler à chaque tome. Vivement le prochain!

LECTURE EN COURS

Avez vous lu certains de ces livres? Qu’en avez vous pensé? Bon mois d’octobre à tous!

Fanny

Bilan de mes lectures ~JUILLET 2013~

Le mois de juillet est déjà terminé depuis quelques jours. Je vous propose donc mon bilan de lectures. Ces dernières ont été, encore une fois, très éclectiques et de ce fait vraiment enrichissantes. Deux petites déceptions au compteur mais bien rattrapés par de magnifiques découvertes.

Nombre de livres lus : 7

Nombre de pages lues : 2665

(Pour lire les chroniques disponibles, il faut cliquer sur les images)

Anges d’Apocalypse, Tome 1 : Le Tourment des Aurores de Stéphane Soutoul, Rebelle éditions, 425 p.

J’ai vraiment passé un très bon moment de lecture avec ce premier tome. Cet auteur français est à suivre. Vivement le second opus à paraitre en septembre.

La vengeance d’une maîtresse de Tamar Cohen, éd. JC Lattès, 376 p.

Une lecture en demi-teinte pour moi. Un bon sujet de roman qui aurait pu être palpitant d’autant plus que l’auteure a une écriture très agréable et que la mise en forme du récit est intéressante et intelligente. Dommage que le titre induise le futur lecteur en erreur et que le véritable suspens n’arrive qu’à la toute fin.

Emma, Intégrale 1 de Kaoru Mori, éd. Ki-Oon, 381 p.

Presque un coup de cœur pour ce manga si quelques défauts n’avaient pas été présents : une héroïne transparente ou encore les traits des visages masculins assez ressemblants . Je le conseille à tous les amoureux du XIXe siècle.

Les aventures d’Aliette Renoir, Tome 1 : La secte d’Abaddon de Cécilia Correia, Rebelle éditions, 303 p.

Un bon petit moment de lecture mais sans grande nouveauté. J’ai vraiment apprécié le traitement du récit sous forme d’enquête policière ainsi que les personnages. Par contre le contexte de la seconde guerre mondiale aurait mérité d’être davantage mis en avant. Je lirais tout de même le seconde tome.

Le Jardin blanc de Stéphanie Barron, éd. NiL, 400 p.

SORTIE LE 22 Août 2013

Le cadavre de Bluegate Fields de Anne Perry, éd. 10/18, 382 p.

Un sixième tome très agréable à lire comme les précédents mais comportant quelques nouveautés (le passage du procès notamment). Cependant, j’attends des suivants une démarcation ainsi que davantage de descriptions sur la vie antérieure et présente de Charlotte et Thomas Pitt.

Le plus beau de tous les pays de Grace McCleen, éd. NiL, 398 p.

SORTIE LE 26 Août 2013

LECTURES EN COURS

     

Avez vous lu certains de ces livres? Que lisez vous cette semaine?

Fanny

Bilan de mes lectures ~JUIN 2013 et mois anglais~

Et oui c’est déjà l’heure du bilan! Les semaines passent sans même que je m’en rende compte… Comme vous l’aurez surement compris, le mois de juin a été consacré à la lecture d’auteurs anglais et/ou de romans se déroulant en Angleterre. Je suis assez fière de moi puisque je n’ai fait qu’un petit écart avec la bande dessinée américaine Calvin et Hobbes. Je vais vous faire une confidence. Je ne pensais vraiment pas me tenir au planning de lectures que je m’étais concocté pour ce mois spécial. Mais j’ai vaincu notamment grâce aux lectures communes avec des blogueuses que j’affectionne. Merci à elles! En quelques mots ce mois a réussi à réunir la convivialité, de belles découvertes et le partage d’une passion commune. On recommence quand?!

Nombre de livres lus : 8

Nombre de pages lues : 2049

(Pour lire les chroniques disponibles, il faut cliquer sur les images)

Drôle de temps pour un mariage de Julia Strachey, éd. Le Livre de Poche, 127 p.

Une belle découverte malgré une héroïne difficile à cerner. J’ai aimé les descriptions, l’ambiance so british et la plume de l’auteure.

Le Mystère de Listerdale de Agatha Christie, éd. Le Livre de Poche, 221 p.

Ce recueil de nouvelles m’a vraiment plu. Agatha Christie maitrise cet exercice entre petits mystères, personnages attachants, écriture haletante, ambiance so british et très belles chutes tendres ou rigolotes.

Des pêches pour Monsieur le Curé de Joanne Harris, éd. Charleston, 491 p.

 

Au temps du roi Edouard de Vita Sackville-West, éd. Le livre de poche, 253 p.

Un court roman avec une vision originale et sans concession de l’aristocratie britannique des années 1905 à 1910 sous la fin du règne d’Édouard VII. Une belle découverte d’une auteure que je n’avais jamais lu.

End, Tome 1 : Elisabeth de Barbara Canepa et Anna Merli, éd. Soleil, 56 p.

La grande force de cette bande dessinée est l’esthétisme entre la couverture, les dessins, les couleurs et l’ambiance générale. Au rendez-vous : ambiance sombre, mélancolique et gothique, mais peu de réponses à tous les mystères mis en place

Emma de Jane Austen, éd. Archipoche, 522 p.

Quel plaisir de retrouver la plume de ma chère Jane Austen! Malgré quelques longueurs dans les dialogues, je me suis délectée de chaque phrases, de chaque piques et des personnages. Emma m’a plu dans le sens où elle est très humaine et fini par apprendre de ses erreurs.

Calvin et Hobbes, Tome 1 : Il y a des trésors partout de Bill Watterson, éd. Hors Collection, 64 p.

Un petit coup de cœur pour cette bande dessinée. J’ai surement lu quelques planches étant petite mais sans souvenir. Une belle découverte d’un classique jeunesse où les dialogues et les traits d’esprit sont mis en avant.

Rutland Place de Anne Perry, éd. 10/18, 315 p.

Un tome à mon avis bien en dessous des précédents. Malgré le fait que ce soit Charlotte qui soit mise en avant le manque d’originalité s’est grandement fait ressentir.

LECTURES EN COURS

      

Et vous quelles sont les lectures qui vous ont marqué en juin?

Fanny

Bilan de mes lectures ~MAI 2013~

Voici mon bilan lecture du mois de mai dont je suis très satisfaite. Je garde un rythme assez constant. Une grosse déception est venue gâcher ma fin de mois malheureusement. Mais ce sont des choses qui arrivent. Dans l’ensemble, j’ai eu des lectures aux genres très variés. C’est agréable de découvrir tout pleins d’univers différents.

Nombre de livres lus : 9

Nombre de pages lues : 2328

(Pour lire les chroniques disponibles, il faut cliquer sur les images)

Gatsby le Magnifique de F. Scott Fitzgerald, éd. Le Livre de Poche, 231 p.

Ce classique américain du début du XXe siècle m’a laissé une impression mitigée. J’ai adoré l’histoire et les descriptions des soirées fastueuses de Gatsby mais le style m’a laissé de marbre.

Insaisissable, Tome 2 : Ne m’échappe pas de Tahereh Mafi, éd. Michel Lafon, 453 p.

Ce second opus a su m’embarquer dans un monde en plein chaos. Les gros points forts sont la plume de l’auteure, les personnages secondaires et le coté super-héros des protagonistes. Le gros point faible est pour moi l’héroïne qui manque cruellement de discernement dans ses choix.

Chocolat de Joanne Harris, éd. Charleston, 388 p.

Ce récit à deux voix a été une belle découverte. Les personnages tout juste arrivés dans une petite bourgade subissent les préjugés des habitants mais trouvent le moyen de les rallier à leur cause. Un roman au final doux amer comme peut l’être le chocolat d’une auteure à la plume délicate avec à la clé un message de tolérance.

 

Demain, j’arrête ! de Gilles Legardinier, éd. Pocket, 405 p.

Voilà un roman feel-good que je conseille à tous et toutes pour cette été. Au rendez-vous, vous retrouverez de l’humour, de la romance, des situations cocasses, des personnages attachants.

Les Menteuses, Tome 4 : Révélations de Sara Shepard, éd. Fleuve noir, 215 p.

J’attendais de ce tome qu’il fasse avancer l’histoire. Il a rempli ce rôle car comme son titre l’indique beaucoup de découvertes sont faites. Je ne sais pas encore si je lirais la suite car j’attends la sortie du second intégrale.

Resurrection Row de Anne Perry, éd. 10/18, 314 p.

Anne Perry devient au fil des livres une valeur sûre pour moi. Ici l’enquête est l’histoire principale. Mais une histoire secondaire est présente axée sur la politique sociale de l’époque victorienne. Anne Perry sait se renouveler au fil des tomes en nous présentant différentes facettes du Londres victorien.

Zelda de Jacques Tournier, éd. Points, 178 p.

Ce livre raconte les dernières années de la vie de Zelda Fitzgerald où elle tombe dans une dépression et une chute qui la mèneront à sa mort. L’auteur s’appuie sur sa correspondance avec son époux F. Scott Fitzgerald ainsi que sur sa rencontre avec la fille du couple. Dommage que Jacques Tournier nous expose seulement les faits sans nous apporter d’explications plus poussées.

D, Tome 1 : Lord Faureston de Alain Ayroles (scénario), Bruno Maïorana (dessin) et Thierry Leprévost (couleur), éd. Delcourt, 64 p.

Cette bande dessinée m’a beaucoup plu. Entre le contexte victorien, le mystère autour d’une créature fantastique et la romance j’ai été comblée. En espérant que le second tome soit à la hauteur.

On a de la chance de vivre aujourd’hui de Kate Atkinson, éd. de Fallois, 150 p.

Je ne dirais pas grand chose sur ce livre puisque ma déception a été grande et que je l’ai abandonné au bout de 80 pages. Le style de l’auteure m’a déplu, les histoires sont assez brouillonnes. Les messages et la façon de voir les choses de Kate Atkinson ne m’ont pas touché et sont très loin de mes préoccupations.

LECTURES EN COURS

    

Le mois de juin sera placé sous le signe des lectures anglaises dans le cadre du mois anglais de juin avec de belles lectures communes et découvertes en perspective. Mon billet de participation :

Fanny

Bilan de mes lectures ~AVRIL 2013~

Je vous présente un nouveau rendez-vous mensuel. Dans ce dernier, je vous présenterai mes lectures du mois passé. Jusque là, je n’en faisais pas car je ne pensais pas avoir assez de matière. Mais je me suis rendu compte que je lisais de plus en plus donc ce rendez-vous a maintenant sa place. Je ne mets pas de notes dans mes chroniques habituellement, je vais donc le faire pour ces bilans afin de vous donner une idée du degré d’intérêt que j’ai eu.

Pour ce mois ci, j’ai eu des lectures très éclectiques entre jeunesse, roman graphique, bande dessinée, classique, contemporain et fantasy. J’ai aussi bien lu des livres courts que des beaux pavés. Avec le recul, je suis très heureuse de mes lectures de ce mois d’avril puisqu’il y a quelques coups de cœur et aucune déception. Je vous laisse découvrir tout ça.

Nombre de livres lus : 10

Nombre de pages lues : 2700

(Pour lire les chroniques disponibles, il faut cliquer sur les images)

Gauguin, Deux voyages à Tahiti de Laurence Croix et Li-An, éd. Vents d’Ouest, 104 p.

Ce roman graphique m’a permis de mieux connaitre ce peintre dont j’apprécie les œuvres. Les auteurs nous dévoilent une partie de sa vie qui se déroule à Tahiti et une autre facette de ce personnage. Seul bémol : certains passages sont loin de la réalité.

L’île des beaux lendemains de Caroline Vermalle, éd. Belfond, 245 p.

Ce livre m’a transporté. Il est à la fois drôle, tendre, profond et plein d’espoir. Les personnages m’ont tous apporté un petit quelque chose.

Les Quatre Grâces de Patricia Gaffney, éd. Charleston, 400 p.

Un roman sur l’amitié, la solidarité et l’espoir. J’ai beaucoup aimé suivre ces quatre amies dans leur soucis quotidiens ou plus graves.

Vingt-quatre heures de la vie d’une femme de Stefan Zweig, éd. Le livre de poche, 125 p.

Voici un auteur classique que je découvre tout juste. J’ai lu une plume magnifique, puissante et haletante. J’ai apprécié le récit de cette femme blessée qui n’avait d’autre choix que de garder son histoire pour elle par convenance.

Le Singe de Hartlepool de Jérémie Moreau et Wilfrid Lupano, éd. Delcourt, 96 p.

Des dessins parfois crus pour nous montrer la haine absurde et la bêtise du genre humain. Mais aussi de l’humour avec des dialogues bien trouvés et des personnages à la physionomie très caricaturale. A découvrir!

Les Étoiles de Noss Head, Tome 1 : Vertige de Sophie Jomain, éd. Rebelle, 382 p.

Des personnages extrêmement attachants, une plume très agréable et des mystères pour ce premier tome. Vivement le second!

Ce qui nous lie de Samantha Bailly, éd. Milady, 282 p.

Un roman atypique sur la forme et le fond. J’ai été très impressionnée par la plume de cette jeune auteure. L’héroïne m’a touché.

Z, Le roman de Zelda de Thérèse Anne Fowler, éd. Michel Lafon, 420 p.

Cette biographie romancée m’a fait découvrir Zelda Fitzgerald que je ne connaissais pas du tout. J’ai appris plein de choses en lisant ce roman. J’ai également été plongée dans l’univers artistique de l’entre deux guerres avec une condition des femmes difficile entre tradition et modernité. Un régal!

Les Menteuses, Tome 3 : Rumeurs de Sara Shepard, éd. Fleuve Noir, 194 p.

Les aventures de nos quatre adolescentes contre le mystérieux « A » se poursuivent. Ce tome met le doigt sur des relations beaucoup plus complexes des personnages principaux avec leurs familles ou avec leurs amis. Un des grands thèmes abordés est la découverte de son homosexualité et la réaction de l’entourage. Mais j’ai l’impression que l’histoire n’avance pas beaucoup…

La Dernière Lame d’Estelle Faye, éd. Pré aux Clercs, 452 p.

Un récit épique doublé d’un univers complexe et recherché créé de toute pièce par l’auteure.

J’espère que ce bilan vous aura plu autant sur sa forme que sur le fond. Rendez-vous le mois prochain pour un nouveau bilan!

Fanny